[page Une]
Charles Renard, un émigré hors du commun
Taiseux
Des Ronands ressuscitent les indiennes en France
L'article de la mort
Le MLF en rupture et en continuité avec mai 68
Tandis que, bêtement...
Une fausse bonne idée
Un bateau lémanique à voile et à vapeur
2018, Année du patrimoine culturel
Crise des médias: craintes romandes
"No Billag", puisqu'on en parle
Une lettre au hasard
Moudon par la petite porte
Tout est bien qui finit bien
Son ombre


Histoire du temps

Nous vivons selon une chronologie bien ordonnée. Les minutes, les heures, les semaines, les week-ends, les mois, les saisons, les années, les jours de fêtes constituent l'évidence. Personne ne songe à contester notre calendrier qui semble d'un seul tenant. A y regarder de plus près, il est fait de bric et de broc: les mois lunaires débordent des saisons dictées par l'année solaire, les semaines ne rentrent pas dans le mois, le nombre d'heures dans un journée ne correspond pas au système décimal en vigueur, certaines fêtes ont lieu à date fixe, d'autres se déplacent dans le calendrier.

C'est que le calendrier résulte d'influences nombreuses et de strates hétéroclites aussi bien sur le plan temporel que géographique. La Babylonie préhistorique, l'Angleterre victorienne, l'Amérique industrielle, la Rome antique et chrétienne, la Palestine préromaine, la papauté et l'astrologie ont contribué à rythmer notre temps. Divers systèmes chronologiques se télescopent dans notre époque.

Une série d'articles parus dans le quotidien "La Liberté" a tenté de démêler l'écheveau des diverses origines des divisions de notre temps. Nous nous sommes attachés à préciser l'origine de chacun des éléments qui en sont constitutifs. Vous les trouvez réunis ici.