[page Une]
Moutier: la part du feu?
J'aurais voulu pourtant
Mercenaires en jupon du 19e siècle
Le prétexte du bilinguisme
Un pari sur l'avenir
Blocage banal
Le Rhône en Valais, un fleuve pas si tranquille
Turbulences vaudoises
La Tasse
Enquête d'insatisfaction
Propos européens
«Emmanuel Macron sera le prochain président»
Les beaux-arts et la construction d'une identité nationale
Suisse-UE: l'inéluctable correction de tir
Fleurs


Histoire du temps

Nous vivons selon une chronologie bien ordonnée. Les minutes, les heures, les semaines, les week-ends, les mois, les saisons, les années, les jours de fêtes constituent l'évidence. Personne ne songe à contester notre calendrier qui semble d'un seul tenant. A y regarder de plus près, il est fait de bric et de broc: les mois lunaires débordent des saisons dictées par l'année solaire, les semaines ne rentrent pas dans le mois, le nombre d'heures dans un journée ne correspond pas au système décimal en vigueur, certaines fêtes ont lieu à date fixe, d'autres se déplacent dans le calendrier.

C'est que le calendrier résulte d'influences nombreuses et de strates hétéroclites aussi bien sur le plan temporel que géographique. La Babylonie préhistorique, l'Angleterre victorienne, l'Amérique industrielle, la Rome antique et chrétienne, la Palestine préromaine, la papauté et l'astrologie ont contribué à rythmer notre temps. Divers systèmes chronologiques se télescopent dans notre époque.

Une série d'articles parus dans le quotidien "La Liberté" a tenté de démêler l'écheveau des diverses origines des divisions de notre temps. Nous nous sommes attachés à préciser l'origine de chacun des éléments qui en sont constitutifs. Vous les trouvez réunis ici.